Les Ouvrages Du CRASC

Centre de Recherche en Anthropologie Sociale et Culturelle

Index des ouvrages

 

 

Thème du colloque :

 Le Maghreb des années 1990 à nos jours : émergence d’un nouvel imaginaire et de nouvelles écritures

La sphère littéraire maghrébine de 1990 à nos jours s’enrichit de textes romanesques produits et édités localement ; le roman maghrébin de langue française et de langue arabe poursuit son aventure avec l’écriture ; c’est une véritable floraison de l’imaginaire générant des textes qui se caractérisent par une relative autonomie par rapport au système éditorial étranger. Le circuit éditorial, public et privé, favorise et développe un nouvel espace de lecture essentiellement investi par des universitaires. A l’émergence de ce nouvel imaginaire correspond un nouveau type de roman et un nouveau type de lecteur. Sociologiquement, on constate que les textes fictionnels sont le fait d’une élite d’intellectuels exerçant des activités dans le journalisme, l’enseignement, les professions libérales ou des secteurs autres. On constate qu’au plan du matériau narratif, ce roman maghrébin offre un paysage littéraire composite qui fait sa richesse; il manifeste plusieurs caractéristiques et parmi les plus saillantes, nous pouvons citer:

- Le déploiement de modèles génériques diversifiés : le réalisme traditionnel et ses catégories narratives, le réalisme magique (entre fantastique et science fiction), le roman policier, la fiction autobiographique, l’autobiographie ou l’écriture intimiste et bien d’autres formes ;donc des univers symboliques diversifiés

- La quête identitaire et l’écriture de la mémoire collective restent au cœur de la production romanesque ; identité mais également altérité ; le dialogue interculturel et multiculturel alimente la fiction ; le roman moderne maghrébin arrive ainsi à transcender ses frontières en s’inscrivant dans un champ métaphorique et symbolique complexe, large et ouvert (fragmentation, hétérogénéité, métissage). L’imaginaire romanesque se greffe indéniablement à un contexte universel.

- La percée fulgurante de l’imaginaire féminin qui prend possession de façon remarquable du champ métaphorique à travers une production de textes aux formes les plus variées.

Ainsi, maintenant, il nous semble opportun et nécessaire que la critique littéraire montre son intérêt et interroge ce roman qui prolifère et s’installe de manière irréversible dans les pays maghrébins à travers la diversité des écritures et le foisonnement des imaginaires. Cet état des lieux ainsi posé, suggère un certain nombre de questions qui peuvent susciter la réflexion, dégager des pistes d’analyse et ouvrir des axes et des perspectives de recherche :

- Quelles sont les stratégies textuelles développées dans le roman maghrébin ? Quels en sont les dispositifs narratifs ? comment se définissent les espaces d’énonciation ?

- A quelles appartenances génériques sont confrontés les modèles d’écriture ? quels mécanismes les structurent ? Peut-on parler d’une écriture spécifique ?

- Quelle typologie de discours véhicule le roman maghrébin ? Quelles en sont l’articulation et la fonctionnalité ?

- Dans quels domaines de l’espace social et culturel s’investit l’imaginaire ?

- Quelles corrélations, formelles et discursives, peut-on instaurer entre le roman maghrébin et la théorie de la post-modernité ? Entre le roman algérien et la théorie des études postcoloniales ?

Nous proposons à la réflexion les axes d’analyse suivants :

- 1 Esthétique et appartenance générique du roman maghrébin actuel.

- 2 les nouvelles stratégies discursives : contenu et fonctionnalité.

- 3 Violence des textes, textes de la violence et écriture de l’urgence.

- 4 Imaginaire et représentation du Maghreb dans les textes littéraires.

- 5 Textes romanesques et corrélation aux théories de la post-modernité et des études postcoloniales.

- 6 Editions / lectorat : la réception des textes.

- 7 Imaginaire textuel/support iconique ou les rapports texte/image.

Membres organisateurs :

  • Mme Bendjelid Faouzia 
  • Mr Daoud Mohamed
  • Melle Belkacem Dalila
  • Mr Bensalah Mohamed
  • Melle El Bachir Hanane
  • Melle Mimouni Dounia
  • Mme Lellou Badia :

Membres du comité scientifique :

- Mr Charles Bonn ; Université Lumière, Lyon 2

  • Hadj Miliani, Université de Mostaganem, Crasc
  • Mme Sonia Fitouri, Université de Tunis-Manouba
  • Mme Christine Détrez, Ecole Normale Supérieure des Lettres et Sciences Humaines de Lyon
  • Pierre Mercklé, Ecole Normale Supérieure des Lettres et Sciences Humaines de Lyon
  • Mme Bendjelid Faouzia, Université d’Oran, Crasc
  • Daoud Mohamed, Université d’Oran, Crasc