Les Ouvrages Du CRASC

Centre de Recherche en Anthropologie Sociale et Culturelle

Index des ouvrages

Les jeunes victimes de leurs aînés :

  • Chaque année, plus de 5 millions d’enfants de moins de 14 ans perdent la vie des suites de maladies liées à leur environnement...
  • Dans les régions les plus pauvres du monde, un enfant sur cinq meurt avant l’âge de cinq ans, le plus souvent à cause d’une maladie liée à l’environnement.
  • C’est précisément là où les enfants devraient être en lieu sûr – la maison, l’école, le quartier – que planent les plus graves menaces pour leur santé.

Quelques propos sur les adolescents entendus ici ou là:

  • « Notre jeunesse d’aujourd’hui est mal élevée, elle se moque de l’autorité ».
  • « Les enfants d’aujourd’hui répondent à leurs parents et bavardent au lieu de travailler ».

Ou encore :

  •  « Je n’ai plus d’espoir pour l’avenir de notre pays si la jeunesse d’aujourd’hui prend le commandement demain parce que cette jeunesse est devenue insupportable et sans retenue ».
  •  « Les jeunes d’aujourd’hui sont malfaisants et paresseux et ne seront jamais comme la jeunesse d’autrefois. Ceux d’aujourd’hui ne seront pas capables de maintenir notre culture ».

On croirait lire quelques articles de presse ou des propos entendus de nos jours :

  • Or la première citation est de Socrate, elle a 2500 ans.
  • La deuxième est d’Hésiode, elle a 2700 ans
  • Et la dernière date de plus de 3000 ans, elle a été découverte sur une poterie d’argile dans les ruines de Babylone.
  • Les stratégies d'éducation et de promotion de la santé mettent rarement les jeunes en position d'acteurs.
  • C’est  la raison pour laquelle il y a une faible adhésion aux programmes classiques d’éducation, ils sont inadaptés aux attentes des jeunes.
  • Les messages de prévention et les stratégies de mobilisation qui ciblent les jeunes sont souvent contraires à l’image qu’ils ont d’eux-mêmes.
  • Ils nient le désir de confrontation des jeunes aux risques de la vie comme voie de construction de leur personnalité et d’autonomisation.
  • Ils génèrent des résistances et des conduites d’évitement des dispositifs installés par les adultes.

Les jeunes ont des particularités qui ne peuvent être niées :

- Vivacité des émotions et éveil des sentiments.

- Transformation du langage.

- Sentiment d’invulnérabilité.

- Besoin de sécurité.

- Expression difficile de la sexualité.

- importance du groupe d’appartenance.

Le bien-être des enfants:

  • Les enfants ont le droit de vivre, de s’instruire et de jouer dans un environnement sain.
  • Le plus important, c’est de proposer un environnement, favorable à l’initiative des jeunes, qu’ils peuvent s’approprier.
  • Les enfants d’aujourd’hui sont les adultes de demain : le sentiment d’exclusion les placera à la marge.
  • Il est important de mobiliser les jeunes autour de leurs préoccupations, dans une démarche « Jeunes pour jeunes ».

Quelques axes d’effort :

  • Développement de l’initiative par les Leaders d’Opinion Populaire (LOP).
  • Bénévolat permanent et concret pour protéger l’environnement dans lequel ils vivent.
  • Mobiliser les jeunes en les responsabilisant.
  • Eviter le paternalisme et le protectionnisme.
  • Les impliquer dans les projets pour se les approprier.
  • Encourager la diversification des formes d’action qui répondent aux attentes et modèles des jeunes.

Les bases conceptuelles de Santé Sidi El Houari:

  • Libération de l’initiative.
  • Evolution de SDH sur une dynamique qui colle à l’environnement et au profil psychosocial de ses adhérents.
  • Encouragement de l’esprit d’initiative par des actions, des projets et des structures opérationnelles adaptées.
  • La promotion des adhérents se fait sur la base des Leaders d’Opinion Populaire.

Le point de départ: l’amélioration des conditions de soins des pensionnaires prostituées du centre de soins.

  • 12 ans après:
  • Un ensemble bâti a caractère historique protégé et en voie de restauration.
  • Des dizaines de jeunes mobilisés autour de cette protection, des centaines de journées de bénévolat.
  • Des dizaines des jeunes formés ont la communication et ont la prévention en santé et des centaines de jeunes informés sur les toxicomanies et le SIDA.
  • Des échanges internationaux et des expériences diverses.

SDH : Ecole de la citoyenneté !

  • La dynamique sociale et culturelle de SDH s’est développée en respectant les aspirations créatives des jeunes.
  • Le développement durable comme capacité à assurer la reproduction du savoir, du progrès social, culturel et économique s’appuie sur l’apprentissage et l’exercice de la citoyenneté.
  • Développement du savoir, du savoir être, du savoir-faire et surtout du savoir devenir.

Le Pôle socio-culturel éducatif, à 4 espaces:

  • Education pour la santé.
  • Ecole Chantier de formation sur les métiers anciens du bâti.
  • Ecole de musique traditionnelle.
  • Formation à la vie associative.

notes

* Médecin, Président  de l’association Santé Sidi El Houari

auteur

Kamel Bereksi *